1
/
3
/

Prochain Grand Prix

28 MAI 2017 – GRAND PRIX DE MONACO

2017/05/28 14:00:00

News

Interview – Avant le Grand Prix de Monaco

22 mai 2017
Monaco en F1 c’est comme les 500 Miles d’Indianapolis en Indycar, c’est un Grand Prix à part. Il représente quoi pour toi ? Monaco est spécial car c’est un peu une course à domicile pour moi. On est à côté de la France et il y’a toujours beaucoup de monde et de fans. C’est spécial aussi parce qu’il y’a tout le glamour de Monaco. Tout le monde connaît Monaco et tout le monde veut y être. C’est aussi un circuit très difficile et un long week-end avec beaucoup de sollicitations mais cela reste un super show. Tu dis que courir à Monaco c’est comme être à la maison. Ta famille sera t-elle présente ? Est-il possible de profiter du lieu le vendredi quand il n’y a pas de voitures en piste ? Ma femme et mon père seront à Monaco, c’est chouette. Bien sûr il y’aura beaucoup de fans français, ce qui est vraiment cool. Monaco c’est spécial car on ne pilote pas le vendredi. C’est un jour « off » sur la piste mais j’aurais au moins une réunion avec les ingénieurs, une session d’autographes et un événement avec les fans. C’est donc un jour plutôt bien chargé ! L’année prochaine tu auras vraiment une course à domicile avec le retour du Grand Prix de France. Quelle importance cela aura t-il et est-ce que tu connais le Circuit Paul Ricard ? Je n’ai pas beaucoup d’expérience au Castellet. J’y ai couru en GT1 et on a fait des tests sur la vieille GP2, mais je n’ai jamais conduit de monoplace là bas. Avoir un Grand Prix à la maison c’est vraiment spécial. Tout le monde est très excité, j’ai vraiment hâte d’y être ! On a beaucoup parlé du fait que Fernando Alonso parte courir aux 500 Miles d’Indianapolis. Qu’en penses-tu et est-ce que tu vas suivre la course ?  C’est vraiment génial et il a été performant lors des essais. C’est une super course mais je ne suis pas sûr que j’aurais le temps de la regarder. Je regarderais les meilleurs moments. C’est Jenson Button qui remplace Fernando Alonso pour le Grand Prix de Monaco. A ton avis, quels ajustements devra t-il faire pour conduire la voiture de cette année par rapport à celle de l’an dernier ?  La 1ère chose qu’il devra faire c’est de s’habituer à la largeur de la voiture, surtout à Monaco. Jenson a été champion du monde, il sait ce qu’il a à faire. Il va s’y faire très vite, je suis sûr qu’il va rapidement être performant. Monte-Carlo est un bel endroit à visiter mais à quel point est-ce difficile de courir ici ?  C’est une course vraiment difficile. Tous les circuits en ville sont délicats. A Monaco, vous allez dans le mur à la moindre erreur. C’est dûr de trouver les bonnes limites de la voiture. Vous devez constamment conduire sur le fil du rasoir et cela va vraiment vite entre les rails. C’est un super challenge. Les qualifications sont toujours importantes en F1,

Après le Grand Prix d’Espagne

16 mai 2017
« C’est un bon point pour l’équipe même si nous aurions peut être pu avoir mieux si Kevin n’avait pas abandonné. J’ai eu un bon départ. Malheureusement les accidents qui ont eu lieu devant moi m’ont ralenti. Je pense que j’aurai pu me retrouver encore mieux placé et la course aurait alors été différente. Le rythme avec les soft était bon. Avec les medium se fut plus compliqué. J’étais vraiment mieux avec la voiture aujourd’hui. C’est de bon augure pour la suite. J’espère que nous serons au niveau pour Monaco. »

Grand Prix d’Espagne – Essais libres 1 & 2

12 mai 2017
Ça n’a pas été une journée facile. On a eu plusieurs soucis à régler. C’est assez compliqué avec les pneumatiques mais je ne crois pas qu’on soit les seuls à avoir ce problème… Ça va être une des clés du week-end. Si on parvient à trouver une solution, on va gagner beaucoup de temps au tour. On va travailler encore d’avantage afin que tout soit OK pour demain.

Interview – Avant le Grand Prix d’Espagne

11 mai 2017
Tu as dit que tu voulais attendre 4 courses avant de déterminer si Haas pouvait prétendre au milieu de classement. Alors, ton verdict ?  Globalement, si on regarde les 3 premières courses, on a répondu présents, c’est vraiment positif. Sochi c’était particulier. On a pas mal lutté avec la voiture. J’ai eu des difficultés à la conduire. On peut analyser beaucoup de choses sur cette course. Je ne pense pas que cette déconvenue soit due à un manque de constance comme l’an dernier. Donc je suis plutôt satisfait de la façon dont nous avons démarré l’année. Il est important que l’on voit ce que vont donner les évolutions. Je suis confiant. On a beaucoup parlé des nouvelles voitures de cette saison qui sont plus rapides, avec d’avantage d’appuis aérodynamiques et des pneus plus larges. Avec tous ces changements, comment se comporte la voiture après 4 courses ? Comme on l’a vu lors des essais hivernaux puis à Melbourne, on a été surpris de la vitesse avec laquelle on pouvait passer les virages avec la voiture. Après plusieurs courses, on s’y est habitués. Sur certains circuits, notamment les circuits routiers, ça va être très rapide. Mais sur les autres, le grip et la vitesse seront normaux. L’an dernier, ça a été compliqué de trouver les bons réglages concernant les pneumatiques. Après 4 courses très différentes, dans 4 environnements très différents, avez-vous trouvé les bons paramètres ? Clairement les pneus sont un point important. La Russie est un bon exemple : un pilote peut faire plus de 30 tours sur des super tendres. C’est quelque chose que l’on doit analyser et mieux comprendre. Globalement les pneus de cette année sont plus faciles à appréhender. Tu as accumulé beaucoup de tours à Barcelone pendant les tests d’hiver. Tu te sens plus à l’aise avec la voiture sur ce circuit ? Tout le monde connaît très bien Barcelone. C’est bien de pouvoir juger combien nous avons pu améliorer la voiture depuis les tests d’hiver. Je pense que Barcelone va être un moment clé de la saison parce que c’est là que beaucoup de pilotes bénéficieront des 1ères évolutions sur leur voiture. Les datas de l’écurie Haas de l’an dernier sont complètement dépassées puisque la voiture est totalement différente. Mais à Barcelone, tu disposes des données des essais d’hiver. Est-ce un avantage d’avoir des datas datant d’il y’a seulement 2 mois ?  C’est mieux en fait, il y’a un certain nombre de choses que nous allons pouvoir comparer avec les essais hivernaux. Encore une fois, je pense qu’avec les évolutions des voitures, elles vont être encore plus rapides que durant les tests. Ça va être dur de comparer. Je ne regarde pas les datas de l’an dernier. C’est tellement différent. Mais ça va être excitant. Il s’est passé 2 mois depuis les derniers essais à Barcelone. Comment la piste a pu changer depuis selon toi ? Normalement il fera plus chaud, donc les pneus vont souffrir davantage. Mais la piste ne bouge pas trop en général.

Suivez Romain sur les réseaux sociaux

Partenaires