DERNIÈRES ACTUALITÉS

Grand de Chine 2019 – Interview

8 avril 2019
Mille Grands Prix, c’est un nombre considérable. De mai 1950 à Silverstone à avril 2019 en Chine, la Formule 1 a connu une transformation incroyable. Qu’est-ce que ça fait de faire partie de ce sport et de participer à un événement aussi important? C’est génial. Cela fait longtemps que je suis la Formule 1 – pas depuis les années 50, bien sûr – mais ce sport me passionne depuis le début des années 90. Atteindre 1 000 courses pour la Formule 1 est très impressionnant. Quand ils ont commencé, je suis sûr qu’ils ne pensaient pas que cela arriverait si loin. C’est assez impressionnant. Ce sera un super Grand Prix en Chine. Je suis impatient de participer à cet événement avec, espérons-le, un peu de chance. Qu’est-ce qui vous a fait devenir un fan de Formule 1 au départ et quel âge aviez-vous lorsque vous avez commencé à suivre la Formule 1 ? J’avais environ sept ans quand j’ai vraiment commencé à suivre la Formule 1. Je regardais les bagarres entre Alain Prost et Ayrton Senna. C’était génial à regarder. Mon père était passionné par les voitures de course, mais dès que je l’ai vu, je suis tombé amoureux de ce sport. C’était le look des voitures, les sons, la vitesse, j’ai tout aimé. Quand avez-vous su que vous vouliez faire plus que regarder les Grand Prix ? Pendant longtemps dans ma carrière, je conduisais parce que j’aimais ça. C’était plus amusant que de penser : « Je vais en Formule 1. » Quand j’ai gagné la GP2 Asia Series, c’est alors que j’ai pensé : « Eh bien, pourquoi pas ? » Si je pouvais gagner en GP2, ce n’était qu’une marche en dessous de la Formule 1, je savais qu’il pouvait y avoir une possibilité. C’est vraiment à ce moment là que j’ai réalisé que je pouvais atteindre la Formule 1. Il n’y a que 10 équipes et il n’y a que 20 pilotes. Est-ce difficile de rester en Formule 1 ? C’est un sport difficile. Vous devez être au top de votre forme chaque année. Il y a des jeunes qui gagnent la Formule 2 chaque année et veulent passer en Formule 1. L’expérience n’est pas quelque chose que vous pouvez acheter, ce qui est génial quand vous en avez. C’est l’un des emplois les plus uniques au monde. Le Rich Energy Haas F1 Team est toujours la plus jeune équipe de Formule 1 et le Grand Prix de Chine n’en est que le 65ème. Pourtant, en seulement quatre ans, l’équipe se bat au sommet du milieu de tableau contre les anciennes équipes de Formule 1 qui possède plusieurs décennies d’expérience. Comment cela est-il possible ? L’équipe se porte vraiment bien. Je me souviens du premier jour quand nous avons commencé, je pensais que nous étions pas mal. Maintenant, de là où nous sommes, je vois que nous n’étions pas au niveau à ce moment-là. L’équipe a grandi d’année en année et nous nous sommes imposés comme

GP Bahrein 2019 – Interview

26 mars 2019
La vitesse que vous avez affichée lors des tests de pré-saison était toujours présente lors du premier Grand Prix de la saison en Australie. Pensez-vous conserver cette vitesse à Bahreïn, une piste très différente dans un environnement très différent? « C’est quelque chose que nous allons découvrir. Je pense que la voiture ira bien à Bahreïn. Nous nous en sommes bien sortis l’an dernier, alors espérons qu’il en sera de même cette année. Le grand update pour tout le monde sera à Barcelone, où il sera intéressant de voir comment la hiérarchie se présente pour la saison. ” Comment la voiture s’est-elle comportée tout au long du Grand Prix d’Australie – des essais aux qualifications, en passant par la course? «C’était très bien. J’étais très content de l’équilibre et très heureux de la voiture que nous avons eue tout le week-end. ” Le milieu de plateau est serré depuis l’arrivée du Rich Energy Haas F1 Team en Formule 1 en 2016. Mais cette année, il semble plus serré que jamais, comme en témoigne à peine une demi-seconde d’écart entre la septième place et la quinzième place après Q2 en Australie. Quelle est votre vision sur la bataille de milieu de plateau de cette année? «Je pense que c’est la bonne bataille pour la Formule 1. C’est vraiment excitant de regarder le milieu de plateau, où l’écart est très réduit et où on ne sait jamais qui va finir en tête du classement.  » Alors que Mercedes et Scuderia Ferrari sont toujours solidement aux deux premières places, à quel point pensez-vous que le Rich Energy Haas F1 Team est prêt de frapper à la porte de la troisième place de Red Bull? «Je pense que nous sommes un peu plus loin de Red Bull que nous l’espérions. Je crains que le fossé ne se creuse pendant l’année en raison des ressources dont ils disposent. Nous allons certainement essayer de leur compliquer autant la vie que possible pour faire plaisir à Rich Energy et à nous-mêmes.  » Pour la deuxième année consécutive, le Rich Energy Haas F1 Team quitte l’Australie avec de nombreuses personnes affirmant que l’équipe est la meilleure du milieu de plateau. À quel point est-ce satisfaisant, d’autant plus que cette année les règles ont changé par rapport à l’année dernière? « C’est très bien. Je suis très heureux du travail accompli pendant l’hiver et très fier de tous les membres de notre équipe. Ils ont parfaitement utilisé les nouvelles règles. Nous sommes satisfaits de notre voiture, satisfaits de ce que nous avons et attendons la saison avec impatience. » Existe-t-il une portion spécifique du circuit international de Bahreïn qui est plus difficile que d’autres ? «Les virages un et deux sont assez difficiles. C’est une épingle à cheveux complexe avec un gros freinage. Ensuite, il faut vraiment accélérer tôt car vous avez une longue ligne droite. Le deuxième virage est toujours un peu difficile pour l’arrière. « 

GP Australie 2019 – Interview

11 mars 2019
Rich Energy Haas F1 Team a participé au test de pré-saison au Circuit de Barcelona – Catalunya pendant 8 jours. Comment cela s’est-il passé et comment cela vous a préparé pour l’Australie ?  » Ça s’est très bien passé. Le plus important était d’avoir un bon ressenti au volant dès le départ. Quand vous avez ce bon ressenti, vous savez que la voiture est bien née. C’est important pour de commencer la saison sur une bonne note. On a rencontré quelques soucis de fiabilité mais nous avons bien travaillé pour les résoudre. Je pense que nous sommes maintenant prêts pour le Grand Prix de la saison en Australie. Bien sûr, on veut toujours en faire plus mais cela devient spécifique à chaque circuit. Il va maintenant s’agir de trouver le réglage de base à Melbourne puis de l’affiner pour Bahrain, puis la Chine et ainsi de suite.” Les tests ont-ils donné une idée d’où se trouve le Rich Energy Haas F1 Team par rapport à ses adversaires, ou le saura-t-on qu’après quelques courses ? “ Je pense qu’on a une première idée, mais c’est compliqué de trop se projeter. Je préfère attendre les premières courses pour s’avoir où nous sommes. ” Comment décririez-vous la VF-19, particulièrement par rapport à la voiture de l’année dernière ? “ Elle est très sexy. C’est une très belle voiture. Elle se comporte très bien. Le ressenti est meilleur que l’année dernière. Je pense que l’équipe a fait un très bon travail sur la compréhension du nouvel aileron avant et sur la préparation de début de saison. J’ai vraiment hâte de conduire la voiture sur différents types de circuits. ” Les nouvelles règles consistent en des ailerons avant et arrière simplifiés et moins complexes, des bargeboards repositionnés, tout cela a pour but de minimiser la traînée aérodynamique et de faciliter les dépassements. Après deux semaines de tests, pensez-vous que nous assisterons à plus de dépassements cette saison et plus particulièrement au Grand Prix d’Australie ? “ Je ne sais pas. Je n’ai pas eu la chance de suivre une autre voiture encore. Le Grand Prix d’Australie est toujours une course où il y a peu de dépassements, ce circuit n’y est pas propice. C’est un Grand Prix tellement génial que ce n’est pas très grave. Kevin (Magnussen) était très enthousiaste Quand il a suivi une autre monoplace, mais je n’ai pas eu cette chance. La seule chose que j’ai remarqué c’est que lorsqu’on n’utilise pas le DRS, on a l’impression d’être très lent par rapport à quand on l’utilise. Par conséquent, on pourrait voir un bon nombre de dépassements avec le DRS. Encore une fois, nous devrons attendre pour en savoir plus. ” Les débuts du Rich Energy Haas F1 Team au Grand Prix d’Australie 2016 ont été plutôt remarquable, votre 6ème place étant le meilleur début d’une nouvelle écurie depuis la 6ème place de Mika Salo au volant de sa Toyota en 2002. Pouvez-vous nous décrire ce moment et ce qu’il représentait pour vous

GP Abu Dhabi 2018 – Réaction

26 novembre 2018
« C’était compliqué après les dégâts du premier tour. Il y en avait sur l’aileron avant et peut-être ailleurs, mais je suis soulagé que Nico (Hülkenberg) aille bien. La voiture n’était pas facile à piloter, mais je suis ravi que l’on soit tous les deux dans les points avec la dixième place de Kevin. Les relations sont vraiment excellentes au sein de l’écurie. On aime vraiment être ensemble, et c’est fantastique de finir avec une doublée entrée dans les points. Bien sûr, on en veut toujours plus et je pense que l’on pouvait faire mieux aujourd’hui, mais je suis plutôt content de mon résultat vu les dommages subis par ma monoplace ! »
Load more

SUIVEZ ROMAIN SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX