DERNIÈRES ACTUALITÉS

Grand Prix de France 2019 – Interview

17 juin 2019
Nous sommes au coeur de la saison 2019. Pouvez-vous nous donner une évaluation de la position du Rich Energy Haas F1 Team par rapport à vos objectifs et de sa position par rapport à ses adversaires ? “ Je pense que c’était une année intéressante. Nous espérions le début. Nous avons une très bonne voiture. Nous avons eu de très bonnes courses, mais nous avons eu de la malchance. Notre performance a donc été aléatoire ce qui n’est bien sur pas ce que nous recherchions. Nous travaillons très fort pour essayer de comprendre et d’obtenir le meilleur de la VF-19. «  La dernière série de mises à jour de la Haas VF-19 a eu lieu début mai au Grand Prix d’Espagne. Comment se sont-elles comportées, ou après des Grand Prix urbain à Monaco et à Montréal, la France sera-t-elle un vrai test de la performance amenée par ces améliorations ? « Les mises à niveau ont bien fonctionné depuis Barcelone et je pense qu’elles fonctionnent bien partout. La France sera certainement un circuit où l’aérodynamique sera plus importante – plus que Monaco et Montréal – alors oui, ce sera un bon test. Encore une fois, notre objectif principal est de faire en sorte que l’ensemble fonctionne, ce qui signifie pneus, etc. «  Vous participez à cinq courses en sept semaines, à commencer par la France et l’Autriche en une semaine. S’agit-il d’une étape décisive de la saison pour les équipes ? “ Oui, c’est une partie importante de la saison avec beaucoup de courses d’affilée. C’est cinq fois 25 points à prendre, ce qui est assez important, alors je suppose que c’est une partie importante de la saison. » Au-delà de la compréhension continue de la gamme de pneus Pirelli de cette année, existe-t-il un domaine spécifique d’amélioration lors de ces prochaines courses ? “ Nous devons juste continuer à apprendre, à progresser et à rester en contact avec mes ingénieurs, de mieux en mieux. Ce ne sont que sept courses que nous avons courues ensemble en tant que nouveau groupe. Évidemment, quand les choses se passent bien et sans heurts c’est plus facile mais dans notre cas les choses sont compliquées. «  Le Grand Prix de France est votre grand prix à domicile et l’année dernière, c’était la première fois. Quelle a été votre expérience pour la course de cette année ?  » L’année dernière a été une très bonne expérience. J’ai vraiment apprécié mon séjour au Castellet et le soutien des fans. Je suis impatient d’y retourner cette année. J’espère un meilleur résultat. Alors, espérons que ce sera un bon week-end, une bonne course, assurons-nous de ne pas dépenser trop d’énergie en dehors de la piste, mais dans le même temps de partager beaucoup avec les fans. « 

Grand Prix du Canada 2019 – Interview

2 juin 2019
Vous avez testé le dernier moteur Ferrari à Monaco. Quelles en ont été les performances et quelles sont vos attentes alors que vous vous préparez pour une piste plus sensible à la puissance sur le circuit Gilles Villeneuve? « À Monaco, il est très difficile de savoir ce que fait votre moteur ou quelle est la différence de puissance, alors j’ai vraiment hâte de conduire au Canada. Je pense que c’est un bon pas en avant et que cela devrait être clair à Montréal. » Les mélanges de pneus que vous avez utilisés à Monaco seront les mêmes pour Montréal. Étant donné que ces trois composés sont les plus tendres disponibles chez Pirelli, vont-ils vous permettre d’en extraire le type de performance que vous souhaitez, car l’équipe a toujours été en mesure de faire fonctionner les composés C3, C4 et C5 ? « Nous avons très bien fonctionné à Monaco et je ne savais pas à quoi m’attendre. De toute évidence, nous avons réussi à les faire travailler très bien et à réaliser de très bonnes performances en qualifications avec Kevin, et à gérer 51 tours avec les pneus tendres pendant la course de mon côté – ce qui était assez incroyable. Nous avons eu un très bon rythme. Donc, je crois que ça va aller. Nous devons attendre, mais j’espère que nous allons les amener à travailler. » Le Rich Energy Haas F1 Team vient de terminer deux fois consécutivement dans les points payants à Barcelone et à Monaco. Après des difficultés à Bahreïn, en Chine et à Bakou, avez-vous une idée de ce dont vous avez besoin pour associer les caractéristiques de la Haas VF-19 aux pneus Pirelli pour tirer le meilleur parti des deux ? « Nous avons maintenant une idée précise de ce que nous devons faire en matière de pneus. Nous travaillons très fort, nous savons donc exactement où se trouve la fenêtre. Maintenant, la question est de savoir comment amener les pneus dans cette fenêtre. Je pense que nous nous sommes meilleurs à chaque fois. Les choses devraient s’améliorer un peu, et je crois toujours que nous avons la quatrième voiture la plus rapide sur la piste. » Les qualifications restent le point fort du Rich Energy Haas F1 Team. Compte tenu de l’étroitesse du milieu de plateau cette année, les qualifications sont-elles peut-être encore plus importantes que la course, car elles ont une telle influence sur l’issue de la course ? « Ça dépend vraiment du circuit. À Monaco, c’est bien la qualification qui compte, mais au Canada et sur d’autres circuits, c’est un peu moins important. De toute évidence, plus vous êtes haut sur la grille, mieux c’est, mais la course peut toujours apporter une bonne surprise si vous ne vous qualifiez pas où vous voulez. » Quatre points seulement séparent la cinquième place de la neuvième place du classement des constructeurs. Pouvez-vous donner un aperçu du niveau de compétitivité du milieu de plateau cette année à travers les six premières courses de 2019

Grand Prix de Monaco 2019 – Interview

20 mai 2019
Barcelone a offert le premier doublé top 10 de la saison au Rich Energy Haas F1 Team et le huitième depuis son entrée dans la Formule 1 en 2016. Marquer des points est toujours une bonne chose, mais à quel point l’équipe a-t-elle réussi à avoir un week-end fort du début à la fin ? « Je pense que c’était bien. La voiture s’est bien comportée dès la 1ère séance et c’est important. Les premiers essais libres vous donnent toujours la première idée claire du déroulement du week-end. Ça s’est vraiment bien passé à Barcelone. Nous étions satisfaits de cela et nous pouvions obtenir un bon fonctionnement des pneus. En course, le rythme était plutôt bon. Je pense qu’à un moment donné, nous étions plus rapides qu’une Red Bull, ce qui est très bien pour nous. De toute évidence, la voiture de sécurité ne nous a pas aidé, mais la voiture était vraiment bien. » Vous avez pu tester toutes les mises à jour de la Haas VF-19 depuis les premiers essais du Grand Prix d’Espagne, vendredi jusqu’au drapeau à damier, dimanche. En quoi ces mises à jour ont-elles changé et ont-elles eu un impact important sur votre premier point de la saison? « Les mises à jour ont bien fonctionné car notre rythme était très proche de celui de Red Bull. C’est incroyable. Je crois toujours que sans la mise à niveau, nous aurions terminé septième, mais peut-être pas si près des meilleures équipes car notre principal problème depuis le début de l’année est de faire fonctionner les pneus, et nous l’avons fait à Barcelone. C’est de là que vient la performance. » Avant le Grand Prix d’Espagne, le défi de l’équipe était de placer les pneus dans la fenêtre d’exploitation appropriée, puis de les maintenir dans cette fenêtre, mais cela ne semblait pas poser de problème à Barcelone. Qu’est-ce qui a fait la différence?  « Je suppose que la différence a été faite par la configuration de la piste et par l’énergie utilisée dans les pneus avec les virages à grande vitesse, et les températures plus élevées de la piste nous ont vraiment aidés. Nous savons où nous devons aller. Nous savons que nos fenêtres sont correctes, mais il s’agit maintenant de savoir comment être dans la fenêtre à chaque course. » Pourrez-vous utiliser ce que vous avez appris sur la Haas VF-19 et comment travailler les pneus à Monaco? « C’est une bonne question. Je pense que l’équipe continuera à travailler dur et s’assurera que les pneus soient dans la bonne fenêtre à Monaco. Si tel est le cas, nous serons à nouveau très compétitifs. » Le Rich Energy Haas F1 Team s’est montré fort en qualifications cette année, plaçant ses deux voitures en Q3 lors de toutes les courses sauf une. Sachant à quel point les qualifications sont importantes à Monaco, est-ce le meilleur atout de l’équipe pour obtenir de nouveaux points? « Oui clairement. À Monaco, il faut être dans le top 10. Il faut être le plus haut possible sur

Grand Prix d’Espagne 2019 – Interview

7 mai 2019
À quel point est-il important que le Rich Energy Haas F1 Team réussisse un week-end complet à Barcelone, où la vitesse lors des essais, se retrouvent lors des qualifications et de la course, de sorte que vous puissiez atteindre votre objectif de marquer des points ? « Eh bien, c’est toujours très important, mais pour le moment, le plus important pour nous est de retrouver le rythme en course. Nous devons amener la voiture là où elle devrait être. Les trois derniers week-ends n’ont pas été bons pour nous. La voiture a beaucoup plus de potentiel que nous n’avons pu en extraire. L’élément le plus important n’est pas le résultat. C’est de comprendre comment faire en sorte que la voiture aille plus vite. » Dans quelle mesure est-il utile de retourner à Barcelone où le Rich Energy Haas F1 Team possède le plus grand nombre de données de toutes les pistes de Formule 1 simplement parce que vous avez passé deux semaines à effectuer des essais là-bas avant même le début de la saison ? « C’est important de retourner à Barcelone car c’est notre première course européenne et nous apportons des mises à jour importantes sur la voiture. C’est une piste avec beaucoup d’énergie, donc je ne me soucie pas trop de faire fonctionner les pneus, en théorie. C’est intéressant, car nous avons réussi à les faire travailler lors des essais hivernaux. Aller là-bas et voir si nous pouvons encore les faire fonctionner sera un bon test, car nous savons que la voiture devrait être rapide là-bas. » Barcelone permet-elle aux équipes de réévaluer leur position suite à ce qu’elles ont appris lors des essais préparatoires et de la manière dont cela s’est traduit pour les quatre premières courses ? « Oui, mais vous savez aussi que tout le monde va apporter de nouvelles pièces, c’est donc presque comme si tout le monde allait avoir une voiture B, le classement pourrait donc être un peu différent. Je pense qu’il est important que nos mises à jour aillent dans la bonne direction. C’est important, car nous savons ce que nous pouvons faire là-bas. Nous verrons si nous pouvons répéter cela et comprendre où est passé notre rythme de course. » Barcelone a été repavé avant le test de présaison de l’année dernière. Comment la nouvelle surface a-t-elle évolué et quelles sont vos attentes pour votre retour sur piste dans des conditions beaucoup plus clémentes, notamment en ce qui concerne la gestion des pneus ? “Je n’ai aucune attente. Nous verrons ce qui va arriver. Normalement, les premières réactions sont assez précises. J’espère donc que ce sera positif, mais j’y vais sans attentes. » Que ressentez-vous à l’intérieur de la voiture lorsque vous ne parvenez pas à placer les pneus dans leur plage de travail adéquate ? Est-ce une combinaison d’un manque d’adhérence et d’un manque de confiance en ce que vous pouvez attendre des pneus ? « C’est un manque d’adhérence et de cohérence. Vous ne pouvez avoir aucune confiance, car vous ne
Load more

SUIVEZ ROMAIN SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX