1
/
3
/

Prochain Grand Prix

GRAND PRIX DE SINGAPOUR

2019/09/22 14:10:00

Après plusieurs années en formules de promotion, en août 2009, à l’occasion du Grand Prix d’Europe à Valence, il fait ses débuts en Formule 1 avec l’équipe Renault F1 Team. L’année suivante, il devient champion en GP2 Series avec DAMS. Considéré comme un grand espoir français de la course automobile avec 49 victoires dans diverses formules de promotion, sa première saison complète en Formule 1 en 2012…

Décrouvrir Romain

Actualités

Haas F1 Team conserve Romain Grosjean pour 2020

19 septembre 2019
Haas F1 Team participera au Championnat du monde FIA ​​de Formule 1 2020 avec Romain Grosjean et Kevin Magnussen. Grosjean et Magnussen seront associés à l’équipe américaine pour la quatrième année consécutive, alors que l’équipe se prépare pour sa cinquième saison en Formule Un. Grosjean a rejoint l’équipe lors de sa création en 2016 et Magnussen a signé en 2017. Le duo a cumulé 166 points depuis son jumelage en 2017 et leurs efforts conjoints la saison dernière ont permis au Haas F1 Team de terminer cinquième du classement général des constructeurs avec 93 points – la meilleure position de la formation basée à Kannapolis à ce jour. « L’expérience, et le besoin d’en avoir, a été l’une des pierres angulaires du Haas F1 Team. Avec Romain Grosjean et Kevin Magnussen engagés pour l’équipe en 2020, nous avons une paire de pilotes qui nous offre une solide plateforme pour poursuivre notre croissance. Leur compréhension de la façon dont nous travaillons en équipe et notre connaissance de ce qu’ils peuvent fournir au volant nous offrent une continuité précieuse et une base solide pour continuer à renforcer notre équipe. L’année 2019 a été difficile pour nous avec la fluctuation des performances de la VF-19, mais notre capacité à exploiter nos expériences combinées nous aidera à apprendre, à nous améliorer et à aller de l’avant en tant qu’équipe en 2020 », a déclaré Guenther Steiner, Team Principal du Haas F1 Team. 2019 s’est avéré être une campagne compliquée pour le Haas F1 Team. Grosjean et Magnussen n’ont marqué que 26 points avant le Grand Prix de Singapour. L’équipe se classe actuellement au neuvième rang du classement avec sept manches à disputer. Grosjean et Magnussen ont amassé 47 points lors de leur première saison ensemble en 2017, marquant les premiers doublés du Haas F1 Team à Monaco et au Japon. Cela a permis à l’équipe d’égaler sa huitième place au championnat acquise lors de sa première saison en 2016. Cinquième en 2018, avec le meilleur résultat de l’équipe au Grand Prix d’Autriche, Grosjean prenant la quatrième place au drapeau à damier suivi de Magnussen en cinquième position. La cinquième saison consécutive de Grosjean avec le Haas F1 Team en 2020 marquera également la neuvième saison à plein temps du français en Formule 1. Avec 10 podiums en carrière à son actif et 157 départs en Grand Prix, Grosjean a marqué les 29 points du Haas F1 Team lors de sa saison inaugurale en 2016 et a totalisé 102 des 195 points de l’équipe. « J’ai toujours déclaré que je souhaitais rester au sein du Haas F1 Team et continuer à miser sur les réalisations de l’équipe », a déclaré Grosjean. « Ayant été ici depuis le tout début et vu le travail que Gene Haas et Guenther Steiner ont mis dans l’équipe pour la rendre compétitive, je suis naturellement très heureux de continuer à en faire partie. Terminer cinquième du championnat des constructeurs la saison dernière lors de la troisième année de compétition de l’équipe était

Grand Prix de Singapour 2019 – Preview

16 septembre 2019
Quels sont les défis du Marina Bay Circuit et comment les surmonter ? « Le principal défi, c’est que nous vivons la nuit et qu’il n’y a pas beaucoup de soleil. Cela vous rattrape un peu à la fin de la semaine. » Singapour est l’une des trois seules courses de nuit au programme de la Formule 1, mais c’est aussi la première course de nuit de l’histoire. Aimez-vous les courses de nuit ? « Oui complètement. Je pense que c’est vraiment très amusant et que cela rend bien à la télévision. Voir ce serpent de lumière à travers la ville est vraiment cool. Pour les spectateurs, je pense que c’est vraiment bien. Vous pouvez profiter de la journée à Singapour puis regarder la course le soir. » Vu que le Grand Prix de Singapour a lieu la nuit, existe-t-il un sens accru de la vitesse ? « Pas vraiment, ça ne change pas grand chose. Les lumières sont vraiment bien faites. Pour nous, il est presque plus facile d’avoir la même lumière sur tout le circuit. » Le tracé de Singapour oblige les pilotes à courir près des murs de la piste pendant la majorité du tour. Si la marge d’erreur est toujours faible en Formule 1, est-elle encore plus faible sur le Marina Bay Circuit ? « C’est un oui catégorique. C’est comme Monaco. Il y a quelques tours de qualifications où vous repoussez vraiment vos chances et vos limites. Le reste du temps, vous devez respecter le circuit. » Il y a 23 virages sur le Marina Bay Circuit, le plus grand nombre de tous les circuits de Formule 1. Quels sont les plus traîtres et pourquoi ? « Tous. C’est vraiment une piste difficile. Il n’y a pas de virage particulier qui soit plus dur que d’autres. Ils sont vraiment tous très difficiles. » Entre la piste et la chaleur, le Grand Prix de Singapour est-il physiquement éprouvant et que faites-vous pour vous y préparer ? « C’est définitivement le circuit le plus difficile en termes de température, d’humidité, de concentration et de longueur. La course va normalement à la limite des deux heures. C’est un gros défi à Singapour. Je ne fais vraiment rien de spécial pour me préparer. Je ne fais que garder ma routine et j’essaie d’y aller le plus frais possible. »

Grand Prix d’Italie 2019 – Preview

3 septembre 2019
Lors de la dernière course en Belgique, Rich Energy Haas F1 Team a utilisé deux voitures avec la même spécification aérodynamique. Après avoir utilisé ses deux voitures dans des spécifications aérodynamiques différentes lors des trois courses précédant la Belgique, était-il utile de demander aux deux voitures de récupérer théoriquement les mêmes données ? « Eh bien, je ne pensais pas que nous avions le choix pour les courses à faible appui, mais j’étais assez satisfait du package. Nous travaillons dans une bonne direction en équipe. Je pense que nous comprenons maintenant très bien ce qui se passe et ce que nous devons faire pour l’avenir, c’est positif. » La pause estivale est toujours bien accueillie par l’industrie de la Formule 1, mais à quel point était-il bon de retrouver votre monoplace à Spa ? Et plus précisément, que voulez-vous accomplir avant la fin de la saison ? « J’aime toujours retourner dans mon baquet. C’est un sentiment formidable, en particulier à Spa-Francorchamps. C’est l’un des circuits les plus incroyables au monde. C’était super cool. Évidemment, vous sortez tout juste de la pause estivale, ce qui aide toujours, mais j’ai vraiment apprécié. Pour la dernière partie de la saison, nous allons essayer de saisir toutes les occasions possibles. Ce ne sera pas toujours facile d’être dans les points, mais chaque fois que nous le pourrons, nous essaierons. » Monza, comme Spa, est un circuit imprégné de l’héritage de la Formule 1, le Grand Prix d’Italie marquant également la fin du programme européen. En tant que pilote, êtes-vous en mesure d’apprécier l’atmosphère de sites emblématiques et de vous imprégner de cette atmosphère et avez-vous le sentiment que certains des événements les plus récents du calendrier, tels que Singapour, Austin et Abu Dhabi, se développent aussi une histoire et un patrimoine ? « Spa, Monza, Monaco, Barcelone et Silverstone – ce sont des pistes historiques où l’on ressent l’histoire. Certaines des nouvelles pistes y arrivent. Je pense qu’Austin est géniale, Singapour est géniale également. Vous pouvez maintenant dire que la Formule 1 existe depuis quelques années dans ces pays et que les gens l’apprécient vraiment. » Les Tifosi jouent un rôle de premier plan dans le spectacle du Grand Prix d’Italie grâce à leur soutien inconditionnel de l’équipe locale, la Scuderia Ferrari. Comment décririez-vous votre base de fans et quels sont les points forts de vos propres fans en Formule 1 ? « Les fans sont géniaux. Ils vous apportent beaucoup de soutien et d’admiration. Évidemment, le week-end à Spa a été très dur pour tout le monde, mais toute la communauté du sport automobile s’est réunie : pilotes, équipes, commissaires, officiels et fans. C’était vraiment quelque chose d’unique. Les fans sont importants et peuvent vraiment vous aider à traverser des moments difficiles. C’est toujours super de les avoir. »

Grand Prix de Belgique 2019 – Preview

27 août 2019
Le milieu de plateau est toujours aussi serré, comme en témoigne la cinquième place de Toro Rosso à 17 points de Rich Energy Haas F1 Team. Peut-on encore monter au classement des constructeurs lors de ces neuf dernières courses ? « Oui, tout peut arriver, c’est pourquoi on ne doit jamais abandonner. Nous allons évidemment faire de notre mieux, mais sur le papier, les choses sont un peu plus compliquées que l’année dernière. Mais encore une fois, avec une bonne pause estivale et une bonne compréhension de nos problèmes, nous pourrions revenir à l’objectif pour une très bonne arrivée dans les points, comme en Autriche, où nous avons marqué 22 points en une épreuve. » Avez-vous l’impression de commencer une nouvelle saison lorsque nous nous présentons à Spa après la pause estivale, car tout le monde a eu la chance de se reposer et de se regrouper pour se concentrer sur ces neuf dernières courses ? « Peut-être pas une nouvelle saison, mais un nouveau départ. C’est toujours bien parce que tout le monde est bien reposé et prêt à attaquer la deuxième partie de la saison. » La pluie en Allemagne a permis à la Formule 1 de faire un départ arrêté sur piste mouillée. Il semble que la direction de course ait fait un travail approfondi en obtenant des commentaires en temps réel des pilotes, puis le départ s’est déroulé sans drames majeurs. Comment tout cela s’est-il passé de votre point de vue, et sachant que le temps est souvent un élément important à Spa, un départ sur piste détrempé pourrait-il avoir lieu à nouveau ? « Je pense que ça marche sur le mouillé. Cela a très bien fonctionné en Allemagne. De toute évidence, lorsque vous êtes au milieu du paquet, c’est difficile, car vous ne voyez pas grand-chose. On a vu des images embarquées des voitures en fin de peloton et c’était difficile à voir. Même si je me trouvais devant, je ne voyais pas grand chose. Je pensais que c’était assez bon pour le spectacle. C’était une bonne procédure là-bas. » Spa est considéré comme une piste de pilote. Pourquoi ? « Probablement à cause de la disposition des virages et de la partie rapide. Il y a simplement une bonne variété dans l’ensemble et cela vous donne une bonne sensation de conduite. » Spa est l’une des pistes classiques de la Formule 1. On a fait grand cas du programme de l’année prochaine, ainsi que des programmes futurs, en équilibrant les pistes classiques comme Spa et les nouveaux circuits comme la course de l’an prochain au Vietnam. Quel est votre point de vue sur cette question et quel est le juste équilibre entre l’histoire de la Formule 1 et son avenir? « Ce n’est pas une tâche facile et je n’ai pas vraiment de réponse à donner. La seule chose que je puisse dire, c’est que pour les équipes, les courses européennes sont plus faciles car la plupart d’entre elles sont basées là-bas. Perdre l’Espagne ou l’Allemagne serait
Toutes les actualités

Suivez Romain sur les réseaux sociaux