1
/
3
/

Prochain Grand Prix

24 JUIN 2018 – GRAND PRIX FRANCE

2018/06/24 15:10:00

News

GP France 2018 – Interview

19 juin 2018
Le Grand Prix de France est ta course à domicile. Qu’y espères-tu ? Je veux un bon week-end, un peu de chance, mes premiers points de la saison et le soutien de mon public ! Haas F1 Team a apporté d’importantes évolutions à Montréal. Comment ont-elles amélioré la voiture et qu’en attends-tu au Grand Prix de France ? Avec un peu de chance, elles seront encore plus efficaces au Circuit Paul Ricard qu’elles ne l’étaient au Canada. Cela devrait être le cas grâce aux appuis. La monoplace dispose maintenant d’un excellent train avant et cela m’a véritablement aidé. En évoluant sur tes terres, ton agenda sera aussi bien plus chargé. Comment équilibres-tu tout cela ? On se rend d’abord sur les Grands Prix pour la compétition. Bien piloter est la première des priorités. Évidemment, je souhaite offrir aux fans autant de temps que possible, mais je viens avant tout pour la course dimanche. C’est là-dessus que l’on doit se concentrer. Le Grand Prix de France marque le coup d’envoi d’une séquence de trois courses en trois semaines. Qu’en penses-tu ? Ce sera tout un défi. Cela va être difficile et très fatigant. J’espère que l’on commencera sur une note positive au Paul Ricard et que l’on pourra poursuivre sur cette lancée. Ces trois semaines seraient alors bien plus faciles ! Haas F1 Team est toujours une écurie relativement jeune, mais tout le monde sera novice au Circuit Paul Ricard. Crois-tu que le Grand Prix de France mettra toutes les équipes sur un pied d’égalité ? C’est le contraire en fait. Plus l’on a d’expérience, plus l’on peut se préparer à un nouveau tracé ! Nous ferons de notre mieux. Nous sommes bien placés avec la voiture, donc tout devrait bien se passer.

GP Canada 2018 – Réaction

12 juin 2018
« On ne savait pas vraiment combien de temps on pouvait tenir. On avait prévu de rester longtemps en piste, mais pas autant. Les pneus tenaient assez bien, hormis un peu de dégradation à l’avant, mais j’étais content du rythme. J’arrivais facilement à suivre la Renault devant et à maintenir la Force India à distance. Si les qualifications s’étaient déroulées normalement, on serait parti septièmes et on aurait à coup sûr fini à la même place aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, on a essayé de remonter, mais la stratégie n’a pas vraiment fonctionné. Quand on est sorti des stands, on s’est retrouvé dans le trafic avec les drapeaux bleus. On a fait de notre mieux et je ne pouvais pas vraiment faire plus, mais la voiture est rapide et j’ai pris du plaisir. »

GP Canada 2018 – Interview

4 juin 2018
Le Circuit Gilles Villeneuve est un tracé semi-urbain. Comme Pirelli y apportera les mêmes gommes qu’à Monaco, que peux-tu transposer de la Principauté à Montréal ? « Avec notre nouveau package, la priorité sera de comprendre les divers composés. C’est un circuit très différent, bien plus rapide et avec beaucoup plus de vibreurs à chevaucher qu’à Monaco. Les réglages sont donc assez différents. » Le Canada est connu comme le Grand Prix le plus éprouvant de l’année pour les freins. Comment fais-tu pour les exploiter pleinement et les gérer sur l’intégralité des 70 tours de course ? « Le Canada est très dur sur les freins, mais notre refroidissement devrait être plus efficace. Parfois, on peut soulager l’accélérateur, notamment dans les premiers tours avec le plein d’essence. Il faut essayer de les préserver et éviter de les faire surchauffer afin qu’ils soient parfaitement opérationnels pour attaquer sur la fin ou au moment de s’arrêter aux stands. » À Montréal, tu as signé l’un de tes meilleurs résultats en F1 en terminant deuxième en 2012. Te rappelles-tu cette course et ta prestation ? « C’était une course magnifique. J’étais septième sur la grille. J’avais une stratégie à un seul arrêt alors que tous les autres en prévoyaient deux. Comme j’étais bloqué derrière la Mercedes de (Nico) Rosberg, je pensais d’abord pouvoir finir cinquième ou sixième. Je n’arrivais pas à passer, mais tout le monde est entré aux stands et ceux qui ne l’ont pas fait étaient vraiment en difficulté. J’ai alors pu les dépasser, mais je n’avais pas le rythme suffisant pour aller chercher Lewis (Hamilton) et la victoire. » Quelle importance cette performance a-t-elle eue dans le début de ta carrière en F1 ? « C’était une belle course et bien évidemment un superbe résultat. J’essaie toujours de faire de mon mieux. C’est important de viser le meilleur résultat possible et les plus hautes marches du podium. » Quelle est ta section préférée du Circuit Gilles Villeneuve ? « Toute la piste ! J’adore vraiment ce tracé et j’y prends toujours beaucoup de plaisir. Les sensations sont géniales. » Peux-tu nous raconter un tour du Circuit Gilles Villeneuve au volant des nouvelles F1, plus rapides qu’auparavant ? « On embarque beaucoup de vitesse à l’entrée du premier virage. C’est pareil pour les virages 5, 6 et 7. On rentre vraiment dedans avant de bondir sur l’accélérateur. C’est la différence majeure par rapport aux années précédentes. »

GP Monaco 2018 – Réaction

29 mai 2018
« C’était une course difficile. Nous n’avons pas réussi à trouver le bon niveau de performance. Dès lors qu’il ne se passait rien de spécial en course, nous étions malheureusement condamnés à rester à notre place. Je pense que nous aurons une bonne voiture au Canada. »

Suivez Romain sur les réseaux sociaux

Partenaires