Grand Prix d’Italie 2020 – Preview

By Amos 3 semaines ago
Home  /  Grand Prix  /  Grand Prix d’Italie 2020 – Preview

Décrivez ce qui est nécessaire au niveau des réglages pour être compétitif à l’Autodromo Nazionale Monza et comment faites-vous évoluer cette configuration de la séance d’essais de vendredi à la préparation de la course de dimanche ?

« Monza est un circuit très atypique. Il y a beaucoup de lignes droites, il est donc évident que la vitesse de pointe et la trainée sont les clés du réglage. Mais aussi à cause de ces vitesses élevées, il y a de grandes zones de freinage et vous utilisez beaucoup les vibreurs. Le réglage consiste vraiment à avoir confiance en la voiture. Du vendredi au dimanche, normalement ce que vous faites est de continuer à enlever de l’appui sur la voiture, vous continuez à en repousser les limites. »

Le Grand Prix d’Italie est réputé pour la passion de ses fans avec les célèbres « Tifosis » qui ajoute à l’atmosphère ce week-end – ce qui manquera malheureusement cette année. Où l’ambiance d’un week-end de course vous frappe le plus – est-ce à l’arrivée chaque jour, dans et autour du paddock, ou sur la grille avant la course – et Monza en particulier sera-t-elle encore plus étrange sans fans sur place ?

« Monza sera certainement étrange sans les fans, surtout lorsque vous arriverez au paddock. Habituellement, tous les fans attendent près du parking et il est presque difficile de marcher jusqu’au paddock – mais c’est génial d’en faire partie. Pour moi cette saison, c’est généralement dimanche sur la grille que les fans vous manquent le plus. À Monza, nous le ressentirons certainement tous les jours. »

Quels sont vos propres moments mémorables à Monza de votre carrière ?

« J’ai eu ma toute première course de Formule Renault 2.0 à Monza en Eurocup en 2004. C’était aussi la première course de mon équipe (SG Formula), c’était une toute nouvelle équipe. Je me suis qualifié deuxième sur environ 45 voitures sur la grille. J’ai surpris tout le monde, y compris moi-même, c’était super. »

Les courses supplémentaires maintenant confirmées pour la fin de la saison incluent le retour du Grand Prix de Turquie. Ce n’est pas une piste sur laquelle vous avez personnellement couru en Formule 1, mais y avez-vous une expérience dans les catégories juniors ? Sinon, que savez-vous du circuit et de ses difficultés ?

« Le parc d’Istanbul est un circuit génial. Avec les nouvelles voitures de Formule 1, ce sera absolument incroyable. J’y ai couru plusieurs fois en GP2 Series. J’ai gagné la dernière fois que j’y étais en 2011. C’est un excellent circuit pour la course et l’action. Le virage huit, dont tout le monde parle, ça va vraiment être un moment dans ces voitures de Formule 1 modernes. Ce sera probablement à fond, il y aura tellement de force G. C’est une piste difficile. Il y a une bonne variété de virages – principalement dans les secteurs un et deux, puis dans les derniers virages, la vitesse est beaucoup plus faible, donc c’est un défi en termes de réglage. Je pense que ça va être génial d’être là. »

Categories:
  Grand Prix, Interview
this post was shared 0 times
 000