Grand Prix de Singapour 2019 – Preview

By Amos 1 mois ago
Home  /  Grand Prix  /  Grand Prix de Singapour 2019 – Preview

Quels sont les défis du Marina Bay Circuit et comment les surmonter ?

« Le principal défi, c’est que nous vivons la nuit et qu’il n’y a pas beaucoup de soleil. Cela vous rattrape un peu à la fin de la semaine. »

Singapour est l’une des trois seules courses de nuit au programme de la Formule 1, mais c’est aussi la première course de nuit de l’histoire. Aimez-vous les courses de nuit ?

« Oui complètement. Je pense que c’est vraiment très amusant et que cela rend bien à la télévision. Voir ce serpent de lumière à travers la ville est vraiment cool. Pour les spectateurs, je pense que c’est vraiment bien. Vous pouvez profiter de la journée à Singapour puis regarder la course le soir. »

Vu que le Grand Prix de Singapour a lieu la nuit, existe-t-il un sens accru de la vitesse ?

« Pas vraiment, ça ne change pas grand chose. Les lumières sont vraiment bien faites. Pour nous, il est presque plus facile d’avoir la même lumière sur tout le circuit. »

Le tracé de Singapour oblige les pilotes à courir près des murs de la piste pendant la majorité du tour. Si la marge d’erreur est toujours faible en Formule 1, est-elle encore plus faible sur le Marina Bay Circuit ?

« C’est un oui catégorique. C’est comme Monaco. Il y a quelques tours de qualifications où vous repoussez vraiment vos chances et vos limites. Le reste du temps, vous devez respecter le circuit. »

Il y a 23 virages sur le Marina Bay Circuit, le plus grand nombre de tous les circuits de Formule 1. Quels sont les plus traîtres et pourquoi ?

« Tous. C’est vraiment une piste difficile. Il n’y a pas de virage particulier qui soit plus dur que d’autres. Ils sont vraiment tous très difficiles. »

Entre la piste et la chaleur, le Grand Prix de Singapour est-il physiquement éprouvant et que faites-vous pour vous y préparer ?

« C’est définitivement le circuit le plus difficile en termes de température, d’humidité, de concentration et de longueur. La course va normalement à la limite des deux heures. C’est un gros défi à Singapour. Je ne fais vraiment rien de spécial pour me préparer. Je ne fais que garder ma routine et j’essaie d’y aller le plus frais possible. »

Categories:
  Grand Prix, Interview
this post was shared 0 times
 000