Grand Prix de Belgique 2019 – Preview

By Amos 3 semaines ago
Home  /  Grand Prix  /  Grand Prix de Belgique 2019 – Preview
Le milieu de plateau est toujours aussi serré, comme en témoigne la cinquième place de Toro Rosso à 17 points de Rich Energy Haas F1 Team. Peut-on encore monter au classement des constructeurs lors de ces neuf dernières courses ?
« Oui, tout peut arriver, c’est pourquoi on ne doit jamais abandonner. Nous allons évidemment faire de notre mieux, mais sur le papier, les choses sont un peu plus compliquées que l’année dernière. Mais encore une fois, avec une bonne pause estivale et une bonne compréhension de nos problèmes, nous pourrions revenir à l’objectif pour une très bonne arrivée dans les points, comme en Autriche, où nous avons marqué 22 points en une épreuve. »
Avez-vous l’impression de commencer une nouvelle saison lorsque nous nous présentons à Spa après la pause estivale, car tout le monde a eu la chance de se reposer et de se regrouper pour se concentrer sur ces neuf dernières courses ?
« Peut-être pas une nouvelle saison, mais un nouveau départ. C’est toujours bien parce que tout le monde est bien reposé et prêt à attaquer la deuxième partie de la saison. »
La pluie en Allemagne a permis à la Formule 1 de faire un départ arrêté sur piste mouillée. Il semble que la direction de course ait fait un travail approfondi en obtenant des commentaires en temps réel des pilotes, puis le départ s’est déroulé sans drames majeurs. Comment tout cela s’est-il passé de votre point de vue, et sachant que le temps est souvent un élément important à Spa, un départ sur piste détrempé pourrait-il avoir lieu à nouveau ?
« Je pense que ça marche sur le mouillé. Cela a très bien fonctionné en Allemagne. De toute évidence, lorsque vous êtes au milieu du paquet, c’est difficile, car vous ne voyez pas grand-chose. On a vu des images embarquées des voitures en fin de peloton et c’était difficile à voir. Même si je me trouvais devant, je ne voyais pas grand chose. Je pensais que c’était assez bon pour le spectacle. C’était une bonne procédure là-bas. »
Spa est considéré comme une piste de pilote. Pourquoi ?
« Probablement à cause de la disposition des virages et de la partie rapide. Il y a simplement une bonne variété dans l’ensemble et cela vous donne une bonne sensation de conduite. »
Spa est l’une des pistes classiques de la Formule 1. On a fait grand cas du programme de l’année prochaine, ainsi que des programmes futurs, en équilibrant les pistes classiques comme Spa et les nouveaux circuits comme la course de l’an prochain au Vietnam. Quel est votre point de vue sur cette question et quel est le juste équilibre entre l’histoire de la Formule 1 et son avenir?
« Ce n’est pas une tâche facile et je n’ai pas vraiment de réponse à donner. La seule chose que je puisse dire, c’est que pour les équipes, les courses européennes sont plus faciles car la plupart d’entre elles sont basées là-bas. Perdre l’Espagne ou l’Allemagne serait un peu triste, simplement parce qu’elles sont là depuis longtemps et les tracés sont plutôt cool. De toute évidence, vous savez toujours ce que vous perdez et vous ne savez pas ce que vous gagnez, mais peut-être que ce que nous gagnons est meilleur, peut-être que c’est pire. Personnellement, je pense que chaque pilote a des pistes sur lesquelles il aime aller et d’autres qu’il serait heureux de supprimer du calendrier. »
Il semble que la Formule 1 aura un calendrier de 22 courses l’année prochaine. Les équipes sont-elles à la limite en ce qui concerne les tests de pré-saison et la liste actuelle de 21 courses, ou une autre course peut-elle être ajoutée ?
« Je pense que nous approchons de la limite pour tout le monde. Mais le corps humain est fort, voyons ce que nous pouvons faire. »
Votre plus récent podium a été remporté au Grand Prix de Belgique 2015. Vous avez débuté neuvième et avez terminé troisième, terminant derrière le duo Mercedes Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Comment aviez-vous remonté autant de positions ?
« Nous avions une bonne voiture en Belgique cette année-là. J’étais qualifié quatrième, mais parti neuvième à cause d’une pénalité de boîte de vitesses. Nous avions aussi une bonne stratégie et un bon timing avec une voiture de sécurité. J’ai réussi à dépasser quelques voitures et à monter sur le podium. Honnêtement, c’était un de ces week-ends où tout se déroulait comme prévu. »
Categories:
  Grand Prix, Interview
this post was shared 0 times
 000