Grand Prix de Hongrie 2019 – Interview

By Amos 4 semaines ago
Home  /  Grand Prix  /  Grand Prix de Hongrie 2019 – Interview
Quelles sont vos attentes pour la Hongrie ? Est-ce que la piste plus serrée représente un défi supplémentaire pour le Rich Energy Haas F1 Team ou peut-elle profiter à la Haas VF-19 ?
« Nous ne savons pas vraiment comment ça va se passer. Nous prenons les choses course par course pour le moment. Nous sommes dans une période expérimentale car la voiture a été assez difficile à comprendre. Sur certaines pistes où nous pensions que nous allions bien faire, nous ne l’avions pas fait, et d’autres où nous pensions que ce serait un peu plus compliqué, les choses se sont mieux déroulées. La Hongrie est l’une de mes courses préférées de l’année. J’adore les fans, le circuit, l’atmosphère et c’est toujours l’été. C’est juste avant notre pause estivale, vous savez donc que vous pouvez vraiment y aller à fond, puis recharger vos batteries. J’ai hâte d’y être. »
Beaucoup d’adhérence, de freinage et d’énergie, tout va contre les pneus au Hungaroring. Que devez-vous faire pour gérer les pneus et en tirer le meilleur parti ?
« Ils ne se reposent pas beaucoup à Budapest, c’est sûr. Il n’ya pas beaucoup de virages à grande vitesse, ce qui n’apporte pas trop d’énergie, mais il n’y a pas de repos non plus, et les températures peuvent être très élevées. C’est un bon défi pour les pneus et pour nous de les faire bien fonctionner dans la bonne fenêtre. »
Au Hungaroring, vous tournez constamment le volant et, avec les vitesses réduites, très peu d’air pénètre dans la voiture. Combiné aux températures généralement élevées de Budapest, le Grand Prix de Hongrie est-il physiquement exigeant ?
« C’est un grand prix difficile à cause de la chaleur et du manque de lignes droites. Il y a beaucoup d’action derrière le volant. Les forces G ne sont pas aussi élevées qu’elles peuvent l’être à d’autres endroits, mais c’est un grand prix difficile. J’aime le défi. »
En sept départs au Hungaroring, vous avez terminé dans le top 10 à quatre reprises, avec une meilleure arrivée en troisième place lors de votre première course en 2012. Qu’est-ce qui en fait une si bonne piste ?
« J’ai toujours aimé le Hungaroring. J’étais également en première ligne en 2012, mon meilleur départ à ce jour. De toute évidence, en Formule 1, vous comptez beaucoup sur la voiture, alors je suppose que j’ai eu quelques bonnes voitures. J’ai également réalisé ma première pole position en GP2 en 2008. J’ai toujours eu un bon ressenti là-bas et j’ai toujours aimé y conduire. »
Compte tenu de l’énorme travail accompli par l’équipe pour changer la nature capricieuse du Haas VF-19, quelle importance revêt la pause estivale pour le personnel du Rich Energy Haas F1 Team pour lui permettre de revenir rafraîchi pour les neuf dernières courses de la saison ?
« Je pense que pour tout le monde, c’est important. Peu importe si vous menez ou combattez, c’est épuisant. Nous courons depuis quatre mois, toutes les deux semaines, alors tout le monde a besoin de repos. Les vacances d’été sont toujours les bienvenues pour cela. Nous savons que la deuxième partie de la saison n’est pas moins fatigante. Il y a beaucoup de voyages, ce qui est excellent, mais il y a beaucoup de décalage horaire et la fatigue qui va avec. »
Que ferez-vous pour votre propre bien-être pendant la fermeture estivale ?
« Je passe du bon temps avec ma famille, surtout avec mes enfants et ma femme. Je vais probablement faire du vélo – trop, comme dirait ma femme, pas assez, je dirais. Je vais faire un peu de kite-surf, car nous avons décidé de partir en vacances dans un endroit où il y a du vent. »
Le travail sur la voiture de 2019 se poursuit et les choix pour la voiture de 2020 sont aussi en cours, mais un aperçu de la réglementation applicable à la voiture de 2021 a été révélé. Que pensez-vous de ce nouveau design à effet de sol qui inclut un aileron avant beaucoup plus simple ?
« En tant que pilotes, nous voulons de meilleures courses. Nous voulons pouvoir suivre une autre voiture, être plus proches. Je pense que ces règles vont dans la bonne direction. Nous espérons que Pirelli pourra nous aider également avec les pneus. Nous espérons que 2021 sera un bon tournant pour la Formule 1. »
Categories:
  Grand Prix, Interview
this post was shared 0 times
 000