Grand Prix d’Allemagne 2019 – Interview

By Amos 3 mois ago
Home  /  Grand Prix  /  Grand Prix d’Allemagne 2019 – Interview
Vous êtes retourné aux spécifications aérodynamiques de Melbourne à Silverstone et vous recommencez à Hockenheim. Qu’avez-vous appris en revenant à ce package aérodynamique et comment s’est-il comparé aux spécifications aérodynamiques que vous avez utilisées en Autriche ?
« C’était un bon test à faire. C’était une décision difficile de l’équipe, mais un bon test. Lorsque nous avons apporté la mise à jour à Barcelone, je voulais l’enlever le vendredi soir. Pour moi, la sensation n’était pas très bonne à l’arrière, en particulier dans les virages à moyenne et haute vitesse. Le sentiment n’a pas été bon dans ces virages depuis. Pour en revenir au package de Melbourne, la voiture était beaucoup mieux dans ces zones. Cela montre que quelque chose ne fonctionnait pas comme prévu. Maintenant, les aérodynamiciens étudient la question, mais nous savons que c’est notre faiblesse. De toute évidence, ce paquet de lancement a aussi des limites. Il a moins d’appui, mais il a une meilleure stabilité. »
Le Grand Prix d’Allemagne de l’année dernière s’est avéré une course décisive pour vous. Vous avez terminé sixième puis deux autres places dans le top 10, et trois autres si vous comptez le résultat initial du Grand Prix d’Italie. Dans quelle mesure, un seul résultat positif peut-il être utile pour obtenir de meilleurs résultats par la suite ?
« Ça ne change pas grand chose, pour être honnête. Je vais à Hockenheim avec le même objectif que toujours. J’essaie toujours de faire de mon mieux, d’obtenir une bonne course et d’être fier de ce que nous avons fait. Si c’est un top 10, c’est génial. Mais si ce n’est pas le cas, vous avez donné votre maximum. »
Le sujet du retour du ravitaillement lors des courses de Formule 1 a apparemment pris de l’ampleur, le président de la FIA, Jean Todt, l’a recommandé comme moyen d’améliorer potentiellement la course. Que pensez-vous du ravitaillement en carburant et quelle incidence cela aurait-il sur ce que vous faites au volant, en particulier dans la mesure où la voiture reste relativement légère et ne consomme jamais beaucoup de carburant?
« Je suis pour faire le plein, je pense que c’est positif d’obtenir une voiture plus rapide et plus légère. Cela la rend plus exigeante pour les pilotes. Je crois aussi que cela pourrait ouvrir les stratégies. Conduire une voiture lourde n’est pas l’idéal. Si nous avons des voitures plus légères en raison du ravitaillement en carburant, ce sera mieux et également plus facile pour les pneus. »
En tant que directeur de la GPDA (Grand Prix Drivers Association), vous représenterez les pilotes lors de la prochaine réunion entre la FIA, la Formule 1 et les équipes, afin de discuter des règles pour la saison 2021. Soumettez-vous de multiples idées à la table ou cherchez-vous à obtenir un consensus parmi vos homologues pour les présenter à la réunion ?
« Nous avons un ordre du jour en tant que GPDA. Nous avons des points que nous voulons améliorer. Nous sommes très clairs et tous les pilotes sont impliqués. Nous allons aborder ces points et répondre à autant de questions que possible. »
Y a-t-il quelque chose de spécifique concernant les règlements de 2021 que vous souhaiteriez voir promulgué ?
«Tous les pilotes souhaitent une meilleure course et davantage de compétition, et pas seulement deux ou trois équipes dominant tout le peloton. C’est quelque chose que je peux partager. C’est assez évident. C’est définitivement quelque chose que les pilotes veulent faire avancer. »
Categories:
  Grand Prix, Interview
this post was shared 0 times
 100