Grand Prix d’Espagne 2019 – Interview

By Amos 2 semaines ago
Home  /  Interview  /  Grand Prix d’Espagne 2019 – Interview

À quel point est-il important que le Rich Energy Haas F1 Team réussisse un week-end complet à Barcelone, où la vitesse lors des essais, se retrouvent lors des qualifications et de la course, de sorte que vous puissiez atteindre votre objectif de marquer des points ?

« Eh bien, c’est toujours très important, mais pour le moment, le plus important pour nous est de retrouver le rythme en course. Nous devons amener la voiture là où elle devrait être. Les trois derniers week-ends n’ont pas été bons pour nous. La voiture a beaucoup plus de potentiel que nous n’avons pu en extraire. L’élément le plus important n’est pas le résultat. C’est de comprendre comment faire en sorte que la voiture aille plus vite. »

Dans quelle mesure est-il utile de retourner à Barcelone où le Rich Energy Haas F1 Team possède le plus grand nombre de données de toutes les pistes de Formule 1 simplement parce que vous avez passé deux semaines à effectuer des essais là-bas avant même le début de la saison ?

« C’est important de retourner à Barcelone car c’est notre première course européenne et nous apportons des mises à jour importantes sur la voiture. C’est une piste avec beaucoup d’énergie, donc je ne me soucie pas trop de faire fonctionner les pneus, en théorie. C’est intéressant, car nous avons réussi à les faire travailler lors des essais hivernaux. Aller là-bas et voir si nous pouvons encore les faire fonctionner sera un bon test, car nous savons que la voiture devrait être rapide là-bas. »

Barcelone permet-elle aux équipes de réévaluer leur position suite à ce qu’elles ont appris lors des essais préparatoires et de la manière dont cela s’est traduit pour les quatre premières courses ?

« Oui, mais vous savez aussi que tout le monde va apporter de nouvelles pièces, c’est donc presque comme si tout le monde allait avoir une voiture B, le classement pourrait donc être un peu différent. Je pense qu’il est important que nos mises à jour aillent dans la bonne direction. C’est important, car nous savons ce que nous pouvons faire là-bas. Nous verrons si nous pouvons répéter cela et comprendre où est passé notre rythme de course. »

Barcelone a été repavé avant le test de présaison de l’année dernière. Comment la nouvelle surface a-t-elle évolué et quelles sont vos attentes pour votre retour sur piste dans des conditions beaucoup plus clémentes, notamment en ce qui concerne la gestion des pneus ?

“Je n’ai aucune attente. Nous verrons ce qui va arriver. Normalement, les premières réactions sont assez précises. J’espère donc que ce sera positif, mais j’y vais sans attentes. »

Que ressentez-vous à l’intérieur de la voiture lorsque vous ne parvenez pas à placer les pneus dans leur plage de travail adéquate ? Est-ce une combinaison d’un manque d’adhérence et d’un manque de confiance en ce que vous pouvez attendre des pneus ?

« C’est un manque d’adhérence et de cohérence. Vous ne pouvez avoir aucune confiance, car vous ne pouvez pas pousser le pneu à sa limite. Si vous allez au-dessus de la limite, ce qui est très bas, c’est un gros blocage ou vous sortez de la piste. Si les pneus ne fonctionnent pas, la voiture peut être aussi bonne que vous le souhaitez, mais elle ne fonctionnera tout simplement pas. La confiance est la clé de la Formule 1, mais lorsque vos pneus ne fonctionnent pas, vous n’avez aucune chance d’en avoir. »

Category:
  Interview
this post was shared 0 times
 000